Une vie comme les autres

de Hanya Yanagihara

Captivant. Bouleversant. Irrésistible.
Le livre dont on n'a pas fini de parler

Déjà en librairie

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Emmanuelle Ertel

Date de parution : 04/01/2018

Livre papier : 15 x 23 cm - 816 pages - 24,00 €

ISBN : 9782283029480

Livre numérique : 16,99 €

ISBN : 9782283031360

Résumé du livre

Épopée romanesque d’une incroyable intensité, chronique poignante de l’amitié masculine contemporaine, Une vie comme les autres interroge de manière saisissante nos dispositions à l’empathie et l’endurance de chacun à la souffrance, la sienne propre comme celle d’autrui.

On y suit sur quelques dizaines d’années quatre amis de fac venus conquérir New York. Willem, l’acteur à la beauté ravageuse et ami indéfectible, JB, l’artiste peintre aussi ambitieux et talentueux qu’il peut être cruel, Malcolm, l’architecte qui attend son heure dans un prestigieux cabinet new-yorkais, et surtout Jude, le plus mystérieux d’entre eux. Au fil des années, il s’affirme comme le soleil noir de leur quatuor, celui autour duquel les relations s’approfondissent et se compliquent, cependant que leurs vies professionnelles et sociales prennent de l’ampleur.

Révélant ici son immense talent de styliste Hanya Yanagihara redonne, avec ce texte, un souffle inattendu au grand roman épique américain.

L'auteure

Hanya Yanagihara vit à New York.

Une vie comme les autres est son premier roman à paraître en français. Il a été traduit dans vingt-trois pays et a déjà conquis plus d’un million de lecteurs dans le monde. Il a été lauréat du Kirkus Award et sélectionné pour le Man Booker Prize, le National Book Award et le Bailey’s Prize.

La suivre sur les réseaux sociaux

Le mot de l’éditrice

Je me souviens d’être restée dubitative lorsqu’on m’a, avec un enthousiasme incroyable, suppliée de lire Une vie comme les autres, de Hanya Yanagihara.

Qu’est-ce qu’un roman américain, campé dans le New York plutôt aisé des années 1980 à 2010 et mettant en scène l’amitié de quatre jeunes hommes, pouvait avoir de si extraordinaire, et de si extraordinairement bouleversant ?

Et puis j’ai lu. Enfin, disons plutôt que j’ai eu une expérience de lecture… J’ai ouvert ce livre, je m’y suis plongée, et quelques centaines de pages plus loin je l’ai refermé, secouée, fascinée et heureuse de me savoir désormais membre d’un club un peu à part, celui des lecteurs d’Une vie comme les autres.

Depuis, nous sommes plus d’un million à avoir été transportés par ce roman immense, qui embrasse trente ans de la vie d’un quatuor inoubliable, Willem, JB, Malcolm et Jude, dont l’ascension sociale et la vie privée sont détaillées par le menu en même temps qu’évolue autour d’eux une ville, New York, magistralement retranscrite.

Que nous est-il à tous arrivé ? Pourquoi cette fascination ? Pour l’empathie évidente de l’auteur envers ses personnages et la finesse avec laquelle sont saisies leurs psychologies bien sûr, pour ce qu’ils vivent, qui parle à chacun, pour la multitude de thèmes abordés avec une justesse de ton incroyable, et pour le style aussi fluide que travaillé, sans doute, mais aussi et surtout, je crois, parce qu’Une vie comme les autres se lit comme on regarde une excellente série : compulsivement.

Bonne lecture à toutes et à tous,

Juliette Ponce,

Trailer

Chroniques

La presse en parle

Paroles de lecteurs